MPH , on va pas parler de vitesse j’vous le promet

Non derrière ces trois lettres ce découvre une voix un visage (un peu disgracieux) mais un musicien de talent.

Ok vous allez me dire ben alors Infame tu pètes un plomb elle est ou la musique violente les riffs ravageurs et la sueur (et parfois les larmes un pogo ça peut faire très mal).
je vous répondrais simplement zut j’écoute ce que je veux na! (j’suis punk moi attention j’ai du langage)

Aller trêves de plaisanteries j’ai eu la chance d’aller le voir il y a un petit moment avec un bon pote et après être fortement dérouté par le minimalisme de la scène -et aussi les rangées de siège dignes d’un cinéma- , je me suis laissé aller a écouter cet artiste et même a bien rigolé car il sort 25 vannes a la seconde , bon dans un bon patois d’amerlock mais on capte l’essentiel.

Quand il entre sur scène, il y a généralement comme un flottement. Y aurait- il une erreur de casting ? Tromperie sur la marchandise ? Il n’a ni la gueule cassée d’un ex-junkie, ni le charisme brutal d’un ancien taulard, ni le regard insondable d’un rescapé de l’enfer…

Frêle, cagneux, sans âge, Micah P. Hinson contredit les clichés romantiques qu’inspire sa biographie. Il pourrait aussi bien être prof de physique ou collectionner les papillons. Il a simplement la mine usée d’un type qui n’a pas toujours eu ce qu’il méritait et qui a renoncé à se battre pour l’obtenir. Méconnu aux Etats-Unis, presque inexistant sur Myspace, Micah P. Hinson ne court pas après la notoriété.

Pas plus qu’il ne court après son chef-d’oeuvre. Il l’a déjà écrit. Ça s’appelle The Day Texas Sank to the Bottom of the Sea, c’était le finale grandiose de son premier album et c’est toujours le point d’orgue de ses concerts. Durant sa jeunesse, Micah P. Hinson a emmagasiné suffisamment de souffrances, traversé suffisamment d’épreuves, côtoyé suffisamment de personnages pour nourrir l’oeuvre d’une vie.

C’est pourquoi sa musique est un éternel recommencement, une variation lancinante, presque un maniérisme. Son stratagème consiste à changer de groupe à chaque album. Qu’importe la monture, le cavalier, ce cow-boy fragile et pourtant imposant, est reconnaissable entre mille.
Mais pour la première fois peut-être décèle-t-on une forme de violence, contenue sur le mystérieux The Striking Before the Storm, sourde sur Watchers, Tell Us of the Night, angoissante sur l’instrumental final The Returning. Micah P. Hinson n’est pas un grand chanteur, mais un chanteur impressionnant, qui n’a rien de mélodramatique, rien d’affecté, rien de précieux.

Comme chez Johnny Cash, le spectacle s’efface devant la gravité. C’est ce qui rend ses concerts si poignants. Il faut le voir se tordre, affronter le poids de ses chansons, presque trop lourdes, presque trop belles pour lui. (sources les Inrocks)

Aller une petite reprise (pas trop juste parfois)

2 réflexions au sujet de « MPH , on va pas parler de vitesse j’vous le promet »

Laisser un commentaire